Station: [101] Pompe du marché / Pompes communautaires/Maison gothique


Les « Pumpennachbarschaften » (des communautés de voisins propriétaires de pompes à eau) existent aujourd’hui encore à Xanten. De nombreux documents anciens témoignent de l’importance de ces pompes à travers des récits qui relatent comment des incendies furent éteints grâce aux pompes à eau situées à proximité et à l’aide de voisins bons et secourables. Il va sans dire que l’installation de pompes, pratiques et indispensables, jouait un rôle social essentiel. Devant la Porte de Clèves, une œuvre d’art représente une scène qui en est un bon exemple : des lavandières transportent les seaux d’eau chez elles avec des harnais tout en prenant le temps de bavarder agréablement. En 1789, Xanten possédait encore plus de 160 installations de pompes à eau privées. Comme par exemple la pompe en pierre ici devant vous, qui fut construite en 1736. De nos jours encore, les Pumpennachbarschaften contribuent à favoriser les contacts entre voisins et sont l’occasion de festivités organisées par les riverains. La Pumpenkirmes (c’est-à-dire la kermesse des pompes) qui a lieu chaque année compte parmi les évènements les plus importants de chaque Pumpennachbarschaft. De nombreuses pompes avaient un nom propre : Par exemple, la Goldene Pumpe (la pompe dorée) sur la Marsstrasse, ou la Butterpumpe (la pompe du beurre) sur le marché au beurre de l’époque, la Entenpumpe (la pompe des canards) sur le marché aux canards et la Hühnerpumpe (la pompe des poules) devant l’hôtel de ville. La Spültegpumpe (la pompe du Spülsteg) avait aussi été nommée « Erte-Pomp » (en français la « pompe à pois »), car à cet endroit l’eau était excellente pour le trempage des pois. Derrière vous se trouve la « Maison gothique ». Le bâtiment du 16ème siècle, de style gothique flamboyant, est l’un des fleurons de la place du marché de Xanten, surtout en raison de sa façade en brique, en tuf et en verre, et à ses créneaux visibles de loin qui couronnent le pignon à redents [Betont] Le tuf provient des ruines de l’ancienne ville romaine Colonia Ulpia Traiana. Le bois de la charpente est encore d’origine et fut abattu dans la forêt du Reichswald pendant l’hiver 1539/1540.